De l’autre côté des rails – RENEA WINCHESTER

De l'autre côté des rails RENEA WINCHESTER

De l’autre côté des rails de Renea Winchester vient d’être traduit en français et publié par les Éditions Le Nouveau Pont. L’auteure nous entraine à Bryson City sa ville natale de Caroline du Nord. Dans cette cité ouvrière des Appalaches on suit le parcours de trois femmes d’une même famille. Des femmes courageuses avec une force de caractère qui leur permet de garder espoir et faire face à leur destin.

 

Renea Winchester

Renea Winchester a grandi en Caroline du Nord, à Bryson City, petite cité ouvrière des Appalaches. Elle a reçu plusieurs prix pour ses nouvelles et a écrit deux récits documentaires sur le dernier fermier de Roswell dans la banlieue d’Atlanta : In the garden with Billy et Farming, friends and fried bologna sandwiches. En parallèle de son travail d’écrivain, elle se consacre aussi à l’herboristerie et à la préservation des semences traditionnelles.

Renea Winchester a réservé une surprise aux premiers lecteurs et lectrices de son livre. Elle a confectionné elle-même des marque-pages composés de chutes de tissu, en hommage aux héroïnes de son roman. Merci beaucoup Renea Winchester pour cette délicate attention.

De l'autre côté des rails RENEA WINCHESTER

 

De l’autre côté des rails

Le livre débute à Bryson City – Caroline du Nord, en 1960. Puis, l’ensemble de la narration se poursuit en 1976, toujours dans cette petite ville des Appalaches. Les personnages principaux sont trois femmes d’une même famille, trois générations : Barbara Parker trentenaire, sa fille de 16 ans Carole Anne et sa mère Mamie Pearlene. À chaque chapitre l’auteure alterne entre les récits de Barbara et de Carole Anne.

Dans la région il y a à cette époque peu d’emplois et la principale activité est l’usine de tissus. Nos trois protagonistes féminines résident donc dans cette petite cité ouvrière et Barbara travaille justement dans cette usine. Elles vivent toutes les trois dans un mobil-home, de l’autre côté des rails, dans le quartier le plus pauvre de la ville. Aussi, à Bryson City, les habitants des mobil-homes de l’autre côté des rails sont appelés “les rebuts” ou “les bons à rien”. Et c’est là que vit la famille Parker, dans des conditions précaires, luttant tous les jours pour essayer de faire face à cette vie difficile et survivre. Mamie Pearlene, souffrant de troubles neurologiques, se laisse vivre dans ce mobil-home vétuste, sous la surveillance de sa fille et petite-fille. En ce qui concerne Carole Anne, elle travaille dans la cave d’un bar clandestin la nuit pour gagner un peu d’argent. Elle espère avec ses maigres revenus faire réparer la vieille Oldsmobile de sa mère, immobilisée depuis 16 ans, et fuir…

 

Extrait

Wanda la coiffeuse dit à Barbara “Ce que vous avez fait aujourd’hui est le premier pas vers la bonne direction. Carole Anne a besoin de vous voir faire cela. Il faut qu’elle sache à quoi ressemble l’espoir. Trop de filles à Bryson City n’ont pas d’espoir.” (page 212)

 

Mon avis sur De l’autre côté des rails

On découvre dans ce roman les conditions de vie difficiles et précaires de cette population qui vit dans les mobil-homes de ces cités ouvrières. L’auteure décrit avec réalisme la vie dure, les problèmes financiers, le labeur et la fatigue de ces ouvrières. Elle met en avant la solidarité, les liens familiaux, le dévouement, la pudeur des sentiments, les valeurs de la vie. Mais surtout, on ressent la force de caractère des personnages, la volonté, la détermination et le courage. Des dilemmes sont aussi bien présents tout au long du roman : rester ou partir, garder espoir ou se résigner…

On retrouve ici l’atmosphère de la vie dans les Appalaches qui a inspiré de nombreux écrivains américains, notamment Ron Rash, David Joy, J.D Vance ou Chris Offutt.

Renea Winchester nous livre une histoire poignante qui dégage une impressionnante dose d’espoir. On referme le livre avec le sentiment d’avoir côtoyé des personnages réels, on ressent une réelle sympathie pour eux. Des personnages qui seront difficiles à oublier dans un roman particulièrement émouvant.

Merci beaucoup aux Éditions Le Nouveau Pont pour cette belle découverte. Félicitations à Marie Bisseriex pour son excellente traduction. Enfin, un immense merci à Renea Winchester pour ce marque-page collector confectionné par elle-même.

En 2008, avec mon compagnon, nous avions traversé rapidement les Appalaches et le parc des Great Smoky Mountains. Je viens de voir que nous étions passés tout près de Bryson City, par la route 441 et la ville de Cherokee. Nous avons dans l’idée de retourner dans la région dès que ce sera possible et nous avons donc prévu de faire une étape à Bryson City, la ville de Renea Winchester.

Avez-vous lu ce livre ? Si c’est le cas n’hésitez pas à laisser votre avis en commentaire au bas de la page. Merci. 

 

Détails du livre

238 pages – 20 euros

Traduction de Marie Bisseriex

Titre original : Outbound Train

Éditions Le Nouveau Pont

Voir le livre sur le site de l’éditeur et voir leurs autres publications.

Voir sur le blog d’autres idées de lecture.

Et si vous aimez la littérature américaine, je vous invite à rejoindre le Picabo River Book Club sur Facebook, #Picaboriverbookclub sur Instagram.

De l'autre côté des rails RENEA WINCHESTER

 

De l'autre côté des rails RENEA WINCHESTER

 

Share

1 Comment

  • Melanie dit :

    Cette critique résume parfaitement mon avis. Recit très touchant avec une vrai dose de réalisme concernant la vie quotidienne et les portraits des personnages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + six =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.