Mon frère Robert Johnson – Dans l’intimité de la légende du blues – Annye C. Anderson

Mon frère Robert Johnson - Dans l'intimité de la légende du Blues - Annye C. Anderson

Mon frère Robert Johnson, Dans l’intimité de la légende du blues, permet de mieux connaître la vie du célèbre bluesman Robert Johnson. Le témoignage exceptionnel et inédit de sa demi-sœur, Annye C. Anderson, recueilli par Preston Lauterbach et agrémenté d’une interview avec Peter Guralnick et Elijah Wald, permet d’avoir une autre vision d’un des pionniers du blues. Un récit inespéré et sincère, loin des clichés et de tout ce qui a été raconté. Un livre indispensable pour tous ses fans !

 

Souvenirs avec Robert Johnson

Annye C. Anderson, 93 ans au moment du témoignage, donne une version plus intime, familiale et authentique, de la vie du célèbre bluesman. Elle a souhaité confier ses souvenirs à Preston Lauterbach et ainsi, à son âge avancé, rétablir certaines vérités sur son demi-frère Robert.

Robert Johnson n’avait pas de lien biologique de parenté avec elle, mais ils ont été élevés par le même homme, Charles Dodds Spencer. Il était le père biologique d’Annye et le père adoptif de Robert Johnson. C’est d’ailleurs Charles qui lui a appris à jouer de la guitare. Annye avait 12 ans quand Robert est mort. Mais ses souvenirs sont nets et précis et elle ne cherche pas à rajouter des détails fantaisistes. Elle évoque la vie de la famille dans les années 1920 et 1930, les liens familiaux et la solidarité, mais aussi la ségrégation et l’amitié avec une famille d’irlandais.

 

Brother Robert 

Concernant Robert, qu’elle appelait avec affection “Brother Robert”, elle évoque l’attachement qu’il avait à sa famille recomposée, mais aussi parfois son besoin de partir en train comme un “hobo”. Elle nous confie qu’il adorait manger, notamment la purée de citrouilles, les patates douces confites ou le barbecue. C’était aussi quelqu’un de très soigneux, ne laissant personne toucher à sa guitare, offerte par Sister Carrie. Elle décrit la vie à Memphis Tennessee. Robert qui allait jouer de la musique parfois au Peabody, sur Beale Street ou au Handy Park. Quant à elle, sa mère lui interdisait d’aller sur Beale Street qui était à l’époque un lieu de débauche. Brother Robert aimait jouer de la musique pour les enfants du quartier, adorait aller voir des westerns au cinéma et avait le rythme dans la peau, dansant le Shimmy et le Snake Hip, des danses populaires de l’époque.

Elle tient par ailleurs à rétablir la vérité sur son frère, suite à tout ce qui a été raconté sur lui. Elle précise “qu’elle ne le tenait pas en laisse”, mais elle ne l’a jamais vu soûl et elle pense qu’il ne participait pas à des activités louches. Aussi, il n’était pas analphabète, il lisait les journaux, s’intéressait à l’Histoire et à la politique, et connaissait tous les cantiques de l’église.

 

 

Après la mort de Robert Johnson

Annye a vu Brother Robert pour la dernière fois à Memphis, fin juin 1938, pour le combat de boxe Max Schmeling – Joe Louis. Puis il est parti pour Greenwood Mississippi. La famille a reçu un télégramme deux semaines après son décès. Ils ne savent pas où il repose. Des stèles ont été déposées à différents endroits mais Annye évoque la fosse commune comme une possibilité. Il est également mort dans des circonstances mystérieuses et plusieurs hypothèses ont été mises en avant. Quant à Annye, elle ne croit guère à la syphilis. Les causes de la mort de Robert Johnson, tout comme son lieu de repos resteront une énigme…

Mais le plus moche dans l’histoire est survenu quelques années plus tard. Des opportunistes, avides d’argent, sont venus voir la famille pour leur spoiler des droits d’auteur et quelques photos de la légende du blues. La famille n’était pas au courant de la renommée de Robert et ils se sont fait piéger…

Enfin, concernant le fameux pacte avec le Diable, la légende serait bâtie sur un mélange de sermons baptistes et de vaudou. Robert Johnson avait réellement du talent, affirme sa sœur, et ça n’a rien à voir avec un pacte mystique.

 

Mon avis sur le livre

Annye C. Anderson livre donc un témoignage unique, intime et inespéré. Elle permet de mieux connaître Robert Johnson et le voir sous un aspect différent. Elle rend ici hommage à son frère parti trop tôt. Un récit passionnant, raconté avec simplicité et sincérité. Il est par ailleurs agrémenté d’une excellente interview par Elijah Wald, Peter Guralnick et Preston Lauterbach. Sans oublier une description très intéressante de Beale Street – Memphis, à l’époque de Robert Johnson. Un livre indispensable à tous les fans de Robert Johnson, mais aussi à tous les amateurs de blues et à celles et ceux qui ont prévu de faire un voyage sur la Route du Blues.

 

 

Mon frère Robert Johnson – Dans l’intimité de la légende du Blues

-Récit d’Annye C. Anderson

-Préface par Elijah Wald

-Présentation de Mme Anderson par Preston Lauterbach

-Interview de Mme Anderson par Peter Guralnick, Elijah Wald et Preston Lauterbach

-Postface sur Beale Street – Memphis TN à l’époque de Robert Johnson par Preston Lauterbach

-Traduction de Nicolas Guichard

-Éditions Payot & Rivages – Collection Rivages Rouge dirigée par Philippe Blanchet

-172 pages – 19 euros

-Voir le site officiel des Éditions Payot & Rivages, la présentation de ce livre et voir également les publications passionnantes dans la collection Rivages Rouge.

Mon frère Robert Johnson - Dans l'intimité de la légende du Blues - Annye C. Anderson

 

Mon frère Robert Johnson - Dans l'intimité de la légende du Blues - Annye C. Anderson

 

Mon frère Robert Johnson - Dans l'intimité de la légende du Blues - Annye C. Anderson

 

Mon frère Robert Johnson - Dans l'intimité de la légende du Blues - Annye C. Anderson

 

Pour les fans de Robert Johnson, voici quelques photos prises dans le Mississippi, en novembre 2019 et mars 2020.

Ci-dessous, “The Crossroads”, le fameux carrefour entre la route 61 et la 49, à Clarksdale Mississippi.

route 61 & 49 Clarksdale

 

route 61 & 49 Clarksdale

 

Un des lieux où pourrait peut-être avoir été enterré Robert Johnson se trouve à Greenwood Mississippi. Il s’agit du cimetière de l’église Little Zion. L’église apparaît d’ailleurs dans le film “La couleur des sentiments / The help”. Adresse : 63530 Country Road 518 (Money Road) – Greenwood MS

Sépulture de Robert Johnson Greenwood Mississippi

 

Sépulture de Robert Johnson Greenwood Mississippi

 

Sépulture de Robert Johnson Greenwood Mississippi

 

Sépulture de Robert Johnson Greenwood Mississippi

 

Si vous avez dans l’idée de faire un voyage sur la Route du Blues, je vous conseille de lire Mon frère Robert Johnson.

Par ailleurs, j’ai rédigé sur le blog plusieurs articles qui pourraient vous intéresser, comme par exemple la visite de Clarksdale MS, de Greenwood MS, l’article sur les incontournables de Memphis TN, tous les articles sur MEMPHIS, ceux sur le MISSISSIPPI, et ceux sur les États voisins LOUISIANE et ALABAMA.

 

Si vous avez lu le livre, n’hésitez pas à donner votre avis ci-dessous dans les commentaires ! Merci.

N’hésitez pas à vous abonner aux réseaux sociaux du blog : FACEBOOK, INSTAGRAM, TWITTER et PINTEREST.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 − neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.